les femmes qui lisentDe cet auteur, j'avais aimé La Cité des Jarres mais moins La femme en vert. Quand j'ai vu qu'Audiolib avait sorti La rivière noire, je n'ai pas hésité.

Danc ce roman, Erlendur est absent. C'en est même un peu inquiétant car même sa compagne ne parvient pas à le joindre. Mais ce n'est pas le propos du roman centré sur Elinborg qui doit à la fois mener une enquête épineuse et faire face à la crise d'ado lescence de son fils. Côté privé, donc, son fils ne lui parle presque plus mais divulgue leur vie privée sur internet. Il semble ne pas accepter le départ de celui qu'il considérait comme son frère car elévé par Elendur et son mari. Côté travail, elle doit découvrir qui a tué un jeune homme dans la veste duquel on a retrouvé de la drogue du viol.

Ce roman est engagé. S'il était écrit par une femme, on le qualifierait peut-être de féministe car Indridason s'interroge sur les faibles peines auxquelles sont condamnés les violeurs. Dans ce roman, le meurtrier rend lui-même la justice et on ne sent pas de jugement de la part de l'auteur.

J'ai pris beaucoup de plaisir à écouter cet audiolivre, d'abord à cause du thème principal et des questions que l'auteur soulève, mais aussi parce qu'entendre les noms islandais est encore plus agréable que de les lire. 

Et bonne nouvelle, le nouvel Indridason sort début mai. 

Date de parution : 16 février 2011 Durée : 9h 4 coeurs

logo_Petit_BAC_2012: couleur voisin_voisines2012: Islande  : 12

6a00d8341c5d3253ef0105358e5ca9970b-800wi: 1